L’Amant, Marguerite Duras

Bon. Je te le dis tout net, ça va être compliqué. Mais on va s’en sortir, car nous sommes forts, toi et moi, deux êtres se drapant dans le courage et la bravoure, ne reculant devant rien (sauf peut-être devant le tome 1 des Piliers de la Terre — et encore), faisant fi de tout et surtout de l’Amant de Marguerite Duras.

J’ai acheté ce bouquin au sommet d’Angoulême. Il faisait très chaud et dans la voiture, je venais de finir « Dans un mois, dans un an » de Françoise Sagan. Si tu te sens d’humeur aventureuse, tu peux scroller et lire l’article juste en dessous.

Et bon, il faut bien que je l’avoue, j’ai acheté un livre neuf.
Non, mais il ne manquerait plus que je lise un auteur vivant tant que nous y sommes.
Mais il était là, si beau dans son habit blanc (Les Editions de Minuit, voilà, voilà) (si cher), que je n’ai simplement pas pu résister. Et attends la suite. Il y avait un bandeau sur ce livre. Un bandeau. Je hais les bandeaux. Ca ne sert à rien, à part à compliquer la prise en main de ce pauvre bouquin qui n’a rien demandé, mais maintenant que j’y pense, on peut le plier en deux et en faire un marque-page. Voilà pour toi, bandeau de malheur. Je devrais en faire un tuto sur Youtube, tiens. Je l’appellerai « DIY marque-page prix Goncourt ». Si ça tombe, ça ferait des vues.

Read More